LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT

Dans une société où les consommateurs sont plus endettés que jamais, quelle est la situation des jeunes ? C’est ce qu’ont voulu savoir Marie J. Lachance, Pierre Beaudouin et Jean Robitaille, professeurs en sciences de la consommation au département d’économie agroalimentaire des sciences de la consommation à l’Université Laval. À cette fin, les chercheurs ont mené une étude visant à évaluer principalement l’endettement des jeunes adultes québécois, leurs connaissances et leurs attitudes face au crédit. Cette étude a été financée par la Fondation Claude-Masse. Voici quelques faits saillants tirés des résultats de cette étude.

L’échantillon

  • Quelque 980 jeunes francophones de 18 à 29 ans (âge moyen de 24,1 ans) ont répondu à un sondage téléphonique réalisé en juin 2004. Ces jeunes présentaient un nombre moyen d’années de scolarité de 14,2 ans et plus de la moitié d’entre eux (55,7 %) étaient des femmes. Près de 90 % n’avaient aucun enfant à charge.
  • En 2003, la grande majorité des personnes interrogées soit avait, comme seule occupation, le travail à temps complet 36,6 %) ou les études à temps complet (16,2 %), soit cumulait les deux occupations selon des proportions variables (36,5 %).
  • Enfin, un peu plus de 95 % des personnes interrogées ont déclaré un revenu pour 2003 ; en moyenne ce revenu s’élevait à 20 980 $ et celui du ménage à 29 643 $.

Les dettes

  • Plus de trois personnes interrogées sur quatre (76 %) ont une dette s’élevant en moyenne à 17 705 $ (incluant les prêts hypothécaire et étudiant). Les personnes endettées interrogées cumulent en moyenne 2,2 dettes différentes. Leur dette à la consommation s’élève en moyenne à 5 814 $.
  • Le ratio d’endettement à la consommation (endettement à la consommation / revenu personnel) pour les sujets ayant un revenu de plus de 5000 $ varie entre 0,21 et 0,46. Ce ratio décroît à mesure que le revenu s’élève. La dette à la consommation la plus importante est la dette sur marge de crédit avec 25% des jeunes endettés déclarant un montant moyen de 4220 $.
  • Par ailleurs, près de 75 % des personnes interrogées détiennent au moins une carte de crédit avec une moyenne de 1,9 carte par détenteur et 37 % disposent d’une marge de crédit.

Les connaissances de base en matière de crédit

  • L’ensemble du groupe a obtenu une note moyenne de 49,6 % en répondant à neuf questions portant sur des connaissances de base en matière de crédit. Par exemple, plus de 42 % ignorent que, lorsqu’on utilise une carte de crédit pour obtenir une avance de fonds, des intérêts sont automatiquement chargés à partir du jour du retrait. Enfin, environ 46 % ignorent que des frais d’intérêt sont facturés lorsqu’on paye le montant minimum dû sur le relevé mensuel d’une carte de crédit avant la date d’échéance. De plus, près de 30 % des personnes interrogées ayant une marge de crédit ou au moins une carte de crédit ignorent le taux d’intérêt annuel demandé.

L’attitude face au crédit et à l’endettement

  • Les avis sont partagés. Près d’une personne interrogée sur deux (48,9 %) croit qu’il est normal d’avoir des dettes et, dans une moindre proportion (41,8 %), qu’il ne faut pas avoir peur d’utiliser le crédit. Un peu moins de 4 personnes sur 10 estiment d’ailleurs qu’il y a plus d’avantages que d’inconvénients à utiliser le crédit. En revanche, 36,8 % trouvent que le crédit est synonyme de problèmes et 43 % ne pensent pas que l’utilisation du crédit soit une nécessité. Un aspect fait davantage l’unanimité : 84 % ne croit pas que, grâce au crédit, il ne sert à rien d’économiser pour acheter des biens ou des services.

Les pratiques et perceptions

  • Près de trois personnes interrogées sur dix estiment que la possession d’une carte de crédit les incite à dépenser davantage. D’ailleurs, respectivement 22,4 % et 14,4 % déclarent utiliser le plus souvent possible leur(s) carte(s) de crédit bancaire(s), ou encore leur(s) carte(s) de magasin(s) ou de pétrolière(s). Près de 69 % affirment payer toujours le solde entier de leur(s) carte(s) de crédit avant l’échéance. Par ailleurs, une personne interrogée sur deux se perçoit comme très compétente en matière de finances personnelles, alors que une sur cinq estime le contraire. Enfin, 41,1 % d’entre elles sont d’avis que les personnes de leur âge sont peu compétentes en matière de finances personnelles.

Apprentissages

  • La source d’apprentissage principale en matière de finances personnelles la plus fréquemment rapportée est la famille (37,8 % des personnes interrogées), suivie par l’expérience personnelle (25,4 %) et les cours suivis à l’école ou ailleurs (13,1 %).

LES SIGNES AVANT-COUREURS DE L’ENDETTEMENT

Vous éprouvez un problème d’endettement important si, par exemple :

  • Vous payez vos factures après leur date d’échéance ;
  • Vous avez des soldes impayés sur vos cartes de crédit ;
  • Vous dépensez toujours plus que ne le permet votre budget ;
  • Vous empruntez de l’argent à vos proches pour joindre les deux bouts ;
  • Vous payez le solde minimum d’une carte de crédit… par une autre carte de crédit ;
  • Vous n’avez aucune idée d’où va l’argent que vous gagnez ;
  • Vous pensez à un deuxième emploi pour équilibrer votre budget ;
  • Vous accusez des retards de paiement auprès des compagnies de services publics (électricité, téléphonie, câblodistribution, etc.) ou de votre loyer ;
  • Vous avez coupé dans les dépenses courantes (épicerie, vêtements, loisirs) pour boucler votre budget ;
  • Vous êtes harcelé par certains créanciers.

Si vous vous reconnaissez dans ces énoncés, vous auriez avantage à faire un budget. Outil essentiel pour contrer le problème de l’endettement, le budget vous permettra de développer un meilleur contrôle sur vos finances personnelles et de créer une habitude d’épargne.

Si votre problème d’endettement perdure, n’attendez plus ! Il existe différentes solutions aux dettes. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un conseiller budgétaire de l’association de consommateurs la plus près de chez vous.