24 novembre 2017 – Journée sans achat

La Coalition des associations de consommateurs du Québec invite les consommateurs à être plus futéEs que le crédit et à faire fi des aubaines du vendredi fou.

Ignorons

Dans le coin droit, voici « Black Friday », habillé de couleurs vives et accompagné de musique aux accords du temps des fêtes. Dans le coin gauche s’avance « Journée sans achat » vêtue modestement sur une musique qu’elle a elle-même composée, choisissant ses accords selon ses préférences personnelles. Quel belligérant choisirez-vous ce 24 novembre?

Le dernier vendredi de novembre est le coup d’envoi de la grande période des achats du temps des fêtes. Événement d’abord initié aux États-Unis, cette journée marquée par une importante offre de soldes de la part des commerçants se nomme le «Vendredi fou» ou le «Black Friday». Avec l’amalgame de frénésie et de fièvre du magasinage des fêtes, les consommateurs noyés par cette surabondance d’offres commerciales se retrouvent davantage sensibles à ces incitatifs à la dépense. En réponse à cet événement promotionnel majeur, la Coalition des associations de consommateurs du Québec invite plutôt les consommateurs à ignorer le «Vendredi fou» et à participer à la «journée sans achat» et à poursuivre une réflexion sur leur manière de consommer ainsi que les impacts de cette surconsommation sur leurs finances personnelles. La «journée sans achat» est une initiative canadienne depuis 1992 et lance un appel au boycott du «Vendredi fou» en effectuant aucun achat lors de cette journée.

Un récent sondage Léger révèle que près d’un jeune adulte québécois sur deux (49%), âgé de 18 à 24 ans dit éprouver du stress pour la période des fêtes alors que 42 % des québécoisEs de 25 à 34 ans éprouvent le même sentiment. Chez l’ensemble des québécoisEs, c’est 36 % des personnes sondées qui déclare ressentir du stress pour une raison ou une autre. La crainte de dépasser son budget, la recherche du cadeau idéal, le manque de temps, et l’impression d’avoir trop de choses à faire sont les facteurs de stress identifiés par les répondantEs de moins de 35 ans.

La CACQ déplore le fait que de nombreux québécoisEs se croient encore obligés d’adhérer à cette frénésie de la consommation et se tracassent avec l’idée de ne pas avoir assez d’argent pour passer une agréable période des fêtes.

Pourquoi ne faire les choses différemment cette année? Célébrer autrement que par la surconsommation. Il faut un peu d’imagination et de créativité : en cadeau on peut offrir du temps de qualité, notamment par des sorties, des certificats-cadeau sous forme de services, des petites gâteries cuisinées de ses propres mains. Il suffit de personnaliser l’approche ou l’objet, selon la personne à qui il s’adresse. On peut aussi organiser une soirée de jeux pour s’amuser. Une seule décoration bien choisie, un vêtement coloré et un peu extravagant peuvent mettre dans l’ambiance sans dépenser des sommes folles.

Et si le consommateur choisit quand même le camp du « magasinage », on suggère de planifier et d’être plus futés que le crédit. Il est important de définir les moyens financiers dont on dispose pour le temps des fêtes, sans avoir recours au crédit comme mode de financement. On se fait un budget et on s’y tient pour tout ce qui touche cette période : les cadeaux, réceptions, emballage, nourriture, boisson, déplacements.

La CACQ invitent les consommateurs à partager sur la page Facebook de la campagne «Des communautés plus futées que le crédit» les moyens et les astuces qu’ils ont instaurés pour festoyer en toute quiétude au point de vue financier. Le partage des idées deviendra une source d’inspiration pour les autres consommateurs.

#plusfutéEs

PAPERASSE 101

Combien de temps dois-je garder mes factures de téléphone ? Mes tiroirs débordent de papiers et j’hésite à les jeter ? Que dois-je faire ?

À conserver pendant toute la durée de la possession ou de la jouissance du bien :

  • Bail, contrat d’achat d’un terrain et d’une maison ;
  • Preuve d’achat et certificat de garantie d’appareil électrique, d’électroménager, de meuble et de bien coûteux, garantie spécifique (batterie, pneus, etc.) ;
  • Contrat d’achat d’un véhicule automobile ou d’une motocyclette ;
  • Facture et état de compte de bien et service payé avec une carte de crédit (à garder jusqu’au paiement complet du bien ou pendant la durée de la garantie) ;
  • Certificat de dépôt à terme, d’épargne retraite, de placement garanti et obligation d’épargne.

Pendant six mois :

  • Formule d’évaluation et facture de réparation d’appareil électroménager ;
  • Facture de réparation d’automobile, de motocyclette ;
  • Facture de cellulaire.

Pendant un an :

  • Facture de téléphone, d’accès internet et de télévision par satellite et par câble.

Pendant trois ans :

  • Reçu de loyer ; reçu de taxe municipale, scolaire et d’eau ;
  • Facture d’électricité, de gaz, de mazout, soin de santé et d’honoraire professionnel ;
  • Livret et relevé de compte bancaire.

Pendant six ans :

  • Contrat de vente d’un terrain et d’une maison ;
  • Quittance de prêt hypothécaire ;
  • Déclaration de revenu provinciale et fédérale et tous les documents s’y rattachant ;
  • Talon de chèque de paie et de prestation d’assurance-emploi.

À vie :

  • Testament , acte de donation entre vifs ;
  • Carnet de santé ;
  • Certificat de naissance et de décès d’un proche ;
  • Diplôme et certificat d’étude ;
  • Contrat de mariage, d’union civile ou d’union de fait ;
  • Jugement de séparation, de divorce ou de déclaration commune de séparation ;
  • Police d’assurance-vie, feu, vol, de responsabilité civile.

L’ équipe du Service budgétaire Lac-Saint-Jean-Est
www.servicebudgetaire.com